Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/07/2013

René GUIFFREY (par Sylvie)

La galerie R-du-Cormoran, donnant sur le canal et le clocher du Moyen Age, à Pernes-les-Fontaines, un joli village du Vaucluse, accueille jusqu'à la fin de juillet des oeuvres de René Guiffrey. Dans cet environnement serein et empreint d'histoire et de spiritualité, l'art de Guiffrey est à sa mesure. La couleur blanche, les matières papier ou verre demeurent ses médiums. Il n'en n'a pas changé depuis les années 70. Et la surprise est grande de constater que dans le cadre de ce choix exigeant il se renouvelle encore, avec subtilité, puisant sans arrêt dans le "vocabulaire personnel" qu'il s'est créé au fil des ans, à partir du carré, un carré intérieur redisant le carré du format. Référence à Malévitch peut-être ou à l'art concret." C'est souvent par la technique que je change les choses, dit-il, et l'usage  différent des matériaux: le verre en différentes épaisseurs, les papiers seuls ou assemblés. C'est comme ça que j'essaye de faire avancer les choses, sans rupture..." Avec pour préoccupation: questionner la lumière, guetter les réactions imprévues du verre, eviter toute trace d'une facture personnelle.

Mouche (claire et emaillee).jpgAccrochées côte à côte, deux " grandes Mouches",  titre emprunté à Samuel Beckett, 120x120cm chacune, deux carrés de verre, l'un trempé, l'autre émaillé où se superposent des plaques de format plus petit. Le centre est peint en blanc au verso, fixé sous verre. Les fixés sous verre sont une très ancienne technique de peinture populaire, la peinture étant appliquée au dos de la plaque et la vitre remplaçant le vernis. Reprenant ce faire, Guiffrey superpose plusieurs plaques. Les parties peintes révèlent une blancheur plus ou moins brillantes, les non peintes, du verre seul, offre au regard une très légère teinte, presque immatérielle, qui pourrait être celle de l'eau ou de l'air. Et l'image perçue semble bouger en fonction du déplacement du regardeur. (photo 1).

carre d'angle.jpgLe "Carré d'angle" (50x50cm), dans sa boite, superpose deux plaques séparées où le blanc peint et fixé sous verre offre à l'oeil une densité d'autant plus profonde que le tour est laissé transparent. Les lignes noires, à l'encre, sont des éléments purements graphiques qui viennent perturber la belle immobilité du carré. Le trait flêché créé une rupture, un  basculement et un effet de volumétrie. (photo 2).

Nineio (detail).jpg"Nineio" (détail) signifie en provençal marmaille. Au moins six strates de verre le composent. Elles sont  bien visibles sur la tranche. Ne soyez pas surpris par les mots : l'épaisseur d'une transparence, cela existe. La multiplicité des couches donne la fraiche couleur verte mais elle reflète aussi la lumière environnante. Malgré le poids de ses couches de verre, l'oeuvre a l'air de flotter. (photo 3).

27 juin 2013 100.jpg"Film-folie", (80x80cm, acrylique, blanc d'Espagne et film transparent). Ce priplak se teinte de jaune lorsqu'il est épais comme ici et modifie le blanc. La ligne festonnée des bords de la surface peinte fait vibrer le rectangle, comme un vent léger sur la crête d'une vague. (photo 4).

Magnifique, ce "Projet de vitrail "(49x25x4cm): les lames de verre, posées en biais, composent un graphisme qui s'accorde projet de vitrail.jpgparfaitement à cette oeuvre destinée - on l'espère - à un édifice religieux. Selon la qualité du verre, son épaisseur et les assemblages de chaque morceau, se créé un motif zébré et toute une gamme de tons transparents soulignés de vert ou de brun, qui évoluent et réagissent de façons imprévues dans la lumière. La fente verticale, comme une meurtrière, laisse percevoir dans son étroitesse, un autre monde tout à fait net cette fois, mais loin, très loin. (photo 5).

René Guiffrey n'en finit pas d'explorer toutes les possibilités du blanc en jouant sur le mat et le brillant, l'opaque et le transparent, les espaces dans l'espace. A ceux qui pourraient trouver son oeuvre un peu austère, je dirai qu'elle nécessite une mise à distance, un temps de regard, et que le plaisir réside dans son silence, son mystère et son raffinement.

René Guiffrey, verres et papiers, petits riens et autres, galerie R du Cormoran, 5 rue de la Halle, 84210 Pernes-Les-Fontaines. Tel: 06 14 13 84 27. Jusqu'au 27 juillet 2013.

Les commentaires sont fermés.