Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2009

Picasso...encore (par Sylvie)

Les expositions "Picasso et les maitres" au Grand Palais et "Picasso/Manet" au Musée d'Orsay à Paris ferment leurs portes. Sacré farceur ce Picasso, on ne le dira jamais assez. J'en connais, hélas, qui, malgré le passage du temps, continuent à le trouver trop iconoclaste pour être respectable. Respect pour Le Greco, Velasquez, Poussin ou Manet... moue dédaigneuse pour ce sabordeur qui a osé se frotter aux plus grands, piquer 28-01-2009 Manet.jpgleurs sujets et les réinterpréter avec insolence. Ils oublient sans doute que la copie a toujours été une forme d'apprentis27-01-2009 15;52;34 Picasso.jpgsage et une source d'inspiration. Avant lui, Michel-Ange, Rubens, Delacroix par exemple, et bien d'autres encore ont dessiné, copié, interprété les oeuvres de leurs ainés. Près de nous, voyez Bacon  et "Innocent X" de Velasquez; Buraglio  et ses "dessins d'après" ou Alberola  et ses emprunts au Tintoret, à Courbet ou Lenain.

Avec les variations sur "Le déjeuner sur l'herbe" de Manet, oeuvre manifeste et à scandale en son temps (1863), Picasso nous donne une leçon de savoir voir et de savoir faire, la preuve d'une connaissance de l'histoire de l'art et d'une virtuosité d'exécution hors du commun. Des multiples tableaux (27), dessins, gravures et maquettes , exécutés entre 1961 et 1962, inspirés par la toile et réunis temporairemet au Musée d'Orsay, mon emballement est allé droit aux dessins à la mine de plomb sur cartons découpés (août 1962).

 Voilà un Picasso débarrassé du paysage, qui ne s'intéresse qu'au corps, à la chair, un Picasso antiquisant qui nous rappelle  par la blancheur du carton la sculpure gréco-romaine, assez loin quand même de l'esprit"retour à l'ordre" bien vu dans les années 20/30. Affranchi des gracieusetés formelles et des vêtures idéalistes, il campe en quelques traits succincts les silhouettes du "déjeuner". Assis, debouts, couchés, ces nus ont une amplitude sereine qui contraste avec la dimension plus que modeste de leur support (entre 20 et 30 cm). Pliés, ils tiennent debout comme dans un théatre miniature. Et ces pliures, en disloquant les arabesques linéaires, laissent parler la gestuelle.Tout y est, juste ce qu'il faut là où il faut, et la vitalité , une impudeur naturelle et ce "nouage des forces contradictoires" selon l'expression de François Rouan, qui dit toute la vérité des corps. Ne restait plus à Picasso qu'à les remettre dans la nature, la vraie. Il les a fait réaliser en sculptures monumentales par Carl Nesjar et elles trônent depuis 1964 dans les jardins du Moderna Museet à Stockholm. En attendant une escapade au nord, on peut aller voir les maquettes au Musée Picasso, à Paris. Certes ce n'est pas contemporain, mais c'est tellement moderne. Un régal.

Musée Picasso, Hôtel Sallé, 5 rue de Thorigny, 75003. Paris. 01 42 71 25 21. Tous les jours sauf mardi de 9h30 à 17h30.

20:03 Publié dans Dessin | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Bonsoir Sylvie,

les enfants étant partis aux Etats-Unis, je trouve enfin le temps d'aller sur ton blog, et de m'y promener.

C'est un beau site, assorti d'une belle mise en page, simple mais soignée. Avec de nombreux articles et une iconographie de qualité (très appréciables ces pop up qui s'ouvrent quand on clique sur les visuels).

Sur le fond des articles, je ne dirais pas grand chose, car je suis vraiment profane en la matière. J'ai le sentiment que ce blog est destiné à des bons connaisseurs, et n'a pas pour objectif de vulgariser l'art auprès d'un large public. Voilà l'une des raisons, sans doute, qui expliquent pourquoi le traffic se limite à quelques centaines de visiteurs, comme tu me le disais à Villiers quand nous nous sommes vus récemment.

Je me contenterais donc de quelques petites remarques, dans lesquelles tu puiseras à ta guise, si tu les juges pertinentes :
- le corps de la police de caractère est un peu petit à mon goût. J'ai eu un peu de mal à lire les articles confortablement .
- Pourquoi ne pas rajouter des intertitres ? Sur le web, cela facilite bien la lecture. C'est d'autant plus vrai pour des articles longs, comme ceux qui sont publiés ici.
- Le nom de l'auteur de l'article serait peut-être plus à sa place sous le titre, dans un corps et une police plus discrets. Là, titres et signatures se téléscopent un peu.

Pour conclure, bravo pour ce blog de belle facture. Mais quel travail derrière, et que de temps passé à l'alimenter ! C'est d'ailleurs en partie par manque de temps que je ne me suis pas lancé dans cette aventure.

Amicalement,

Thibault

Écrit par : Bertrand | 25/02/2009

Les commentaires sont fermés.