Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2008

Les transparences de Desgrandchamps(par Sylvie)

8307e6371151c7e83e2757d4a6c9ea4e.jpgAvis aux amateurs de fantômes: une étrange atmosphère règne dans les tableaux de Marc Desgrandchamps. L'oeil y cherche en vain un nom à mettre sur ces non-lieux et ces non-figures, une situation précise à identifier, une histoire à interpréter. Sont-ce des apparitions ou des disparitions?

Quoiqu'il en soit, un vrai plaisir est là dans la fraicheur des couleurs où les bleus intenses et les verts dominent; dans la légèreté "aquarellique"du médium huile, particulièrement fluide, fait de pigments dilués. Des formes indéterminées se superposent sans heurts. L' espace est ouvert, on respire. Les images parlent de la vie quotidienne, banale, sous un soleil toujours latent. Des silhouettes humaines, souvent tirées de photos, évoluent dans la nature ou le bâti - la plage, la cité -  entrainant le regard dans leur mouvement comme dans un film. Cà et là des indices comme des bribes de souvenirs précis teintés de mélancolie: une tong, un visage en casquette et lunettes noires..C'est un peu pop.

La vision frontale de cette jeune personne toute en rondeurs sensuelles (photo), à la démarche alerte, créé une dynamique dans l'univers rigide urbain dont la composition structure le tableau. La transparence du vêtement, en surimpression, donne à sentir tout à la fois sa propre légèreté,  mais aussi l'épaisseur de la chair et la géométrie du paysage dont ils sont traversés, en l'adoucissant. Quel étonnant condensé de vie. L'artiste introduit des "dégoulinures" de peinture qui floutent certains contours. Etres et choses en acquièrent une improbable matérialité comme si notre vision se brouillait.  Selon l'humeur, un malaise peut naître devant ces spectres déliquescents dans un bleu tranchant, hors limite qui rappelle la solitude de certaines peintures surréalistes.

A voir absolument la vidéo qui accompagne l'exposition, pour mieux comprendre le travail de Desgrandchamps. 

 Marc Desgrandchamps , à la galerie Zürcher, 56 rue Chapon, 75003, Paris. Du mardi au samedi de 12h à19h, jusqu'au 12 mars 2008.

08:00 Publié dans Peinture | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Bonjour,

ce tableau est très étrange, il me fait penser à certaines oeuvres des années 20-30 qu'on voit à la pinacothèque de la Brera, par exemple Carlo Carrà.

j'essaierai d'aller faire un tour dans cette galerie... merci pour le tuyau !

Écrit par : camille | 05/03/2008

C'est vrai que l'oeuvre de Desgrandchamps est très étrange et personnelle, mais je n'aurais pas penser à la rapprocher du futuriste Carlo Carra. Vous n'avez pas tort car la décomposition du mouvement est également présente chez lui.
Je ne connais pas la pinacothèque de Brera, je retiens l'idée d'aller y faire un tour lors d'un prochain voyage en Italie.
Je viens de mettre une note sur l'exposition Parmiggiani à la Galerie Le Borgne. Cela m'intéresserait d'avoir votre commentaire.

Écrit par : Régine Lissarrague | 06/03/2008

Les commentaires sont fermés.