Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2019

Daniel Dezeuze (par Sylvie).

Dans la foulée de mai 68, le mouvement Supports-Surfaces a ébranlé la sphère de la peinture par ses positions politiques, sa remise en question de la peinture elle même, des cimaises et de l'espace. Cette entreprise, innovatrice, de mise en cause a consisté en une réflexion systématique sur le médium, les éléments matériels du tableau, le châssis et la toile, une analyse des fondements de l'oeuvre d'art inspirée par le structuralisme. Aussi discret soit'il, Daniel Dezeuze, né en 1942 à Alès, un des membres fondateurs de ce mouvement un peu mis à l'écart pendant une quarantaine d'années par le marché de l'art, comme le furent le minimalisme et l'art cinétique , poursuit encore aujourd'hui cette désacralisation.

La galerie Templon lui consacre une exposition propre à nous rafraichir la mémoire, à apprécier la nouveauté de l'approche dans le contexte de l'époque, sa dynamique toujours vivante et nous fait découvrir une autre face moins connue de son travail, le dessin.

20190221_190512.jpg20190221_175434.jpgL'entrée ouvre sur 3 pastels sur papier des années 80 d'une série appelée Forteresses aux lignes hérissées, aux couleurs de la terre, comme une géométrie plane, un plan-masse de ces bâtiments défensifs.(1) S'ensuivent des oeuvres récentes des années 2017/2018 en bois, ce bois dur peut-être, pas celui dont on fait les preux selon Paul Reboux mais celui des artistes.

Dezeuze assemble non sans humour des treillages de jardinerie et des outils de peintre après les avoir dépecés. Il marie pièces de chevalet et grillage dont les structures rappellent les châssis : Petit chevalet de campagne (2). Soulignés parfois de couleurs, ces oeuvres, fruits de détournements et accrochés au mur, nous désorientent. Moins que l'urinoir de Duchamp à son époque mais qui exclut toute image de référence. Dezeuze se fait artisan, bricole, trafique les éléments du quotidien, toujours préoccupé du constituant physique du tableau n'hésitant pas à varier les techniques et les matériaux. Approche néo-dada et dénonciation implicite de la société capitaliste.

20190205_145657-1-1.jpgLes châssis de différentes tailles superposés, plus ou moins peints et sur lesquels est placé un niveau, outil essentiel du bricoleur, composent Le bon niveau (3). La brutalité de l'entrecroisement des bois participe de l'aspect décoratif de l'oeuvre mais le mur en tant qu'espace intérieur, acquiert la profondeur d'un vide et crée un phénomène d'aspiration propre à élever l'esprit.

20190205_145743(1).jpg20190221_183338.jpgLe triangle, l'équerre sont des motifs récurrents. La forme parait tantôt équilibrée tantôt agressive. Autant les isocèles de Privatio Boni (4) inscrivent, comme un clin d'oeil - jaune évidé parmi des noirs pleins - un petit hiatus dans l'équilibre  de l'ensemble, autant le combat est rude dans Le désespoir du 20190205_150039-1-1.jpggéomètre (5) où couleurs et lignes se disputent l'espace. Pour nous perturber un peu 20190205_145833-2.jpgplus, Pièces d'angle (6) rétablit la notion de tableau avec cadre et toile mais elle est à l'envers et c'est sur cet envers que se trouve appliquée, barbouillée, la couleur blanche. Des deux équerres, l'une brute, à la mi-temps du tableau, suggère une ouverture, l'autre, noire et en bordure, a un pouvoir conclusif.

L'exposition revient alors au travail sur papier que Dezeuze a pratiqué tout au long de sa carrière. La série de 10 Sans titre, suite Lascaux, 1983-1984 (7), conjugue les mediums classiques, mine de plomb, pierre noire, encre typographique, carrés Conté, crayon de couturière... sur des fonds aux nuances douces, loin des couleurs primaires des tableaux-sculptures. Les lignes abstraites où dominent les obliques s'entrecroisent avec énergie. Faut il prendre ces signes rupestres comme la trajectoire redoutable de quelque arme acérée ou une explosion de liberté?  Du dessin, Daniel Dezeuze avoue: " C'est une compensation quelque part d'un désir de picturalité, il n'y a pas de doute".

Si les tableaux-sculptures tenaient du jeu intellectuel, les dessins pourraient bien être de la légèreté et du plaisir..

Daniel Dezeuze " Sous un certain angle", galerie Templon, 30 rue Beaubourg 75003, Paris. Jusqu'au 9 mars 2019.

Les commentaires sont fermés.