Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/03/2011

François MORELLET (par Régine)

Dans le paysage de l'art contemporain, il est bien rare d'éprouver un plaisir aussi jubilatoire que celui que procure l'exposition de François Morellet au Centre Pompidou. A la fois sensible et concrète, fantaisiste et maîtrisée, rigoureuse et décalée, mentale et physique, elle stimule l'intellect et les sens.

François Morellet est un jeune homme de 85 ans qui n'a rien perdu de sa créativité et de son ironie. Pour cette exposition, plutôt qu'une grande rétrospective, il a préféré se focaliser sur ses installations et en "réinstaller" un certain nombre créées entre 1960 et aujourd'hui. Prolongeant son travail de peintre elles sont, dit-il "des mises en place éphémères d'éléments légers disposés différemment selon l'architecture de chaque lieu d'exposition". Réinstallées elles s'adaptent chaque fois à leur nouveau lieu et ne renaissent donc jamais de façon absolument identique. Les matériaux qu'utilise Morellet pour les réaliser sont très variés : tubes d'aluminium, poûtres de bois, ruban adhésif, avec une grande prédilection pour les tubes de néon.

En réaction contre l'Abstraction lyrique française et l'Expressionisme abstrait américain des années 1950/1960, François Morellet alors membres du G.R.A.V. (Groupe de Recherche d'Art Visuel) a éliminé de son oeuvre toute subjectivité. Fort de l'idée duchampienne décrétant "c'est le regardeur qui fait l'oeuvre", il a mis au point des dispositifs qui sollicitent notre participation. Certains mettent en cause nos habitudes de vision. Telle "Répartition aléatoire de 40.000 carrés suivant les chiffres pairs et impairs d'un annuaire de téléphone, 50% de bleu, 50% de rouge" qui nous plonge dans un univers où l'intensité égale des deux couleurs nous fait perdre tout repère et nous amène à confondre fond et forme, base de notre perception de l'art. "Reflets dans l'eau déformés par le spectateur" de 1964GEDC0125.JPG (photo n° 1) est une oeuvre à la fois toute simple et poétique. Une grille orthogonale faite de tubes de néon blanc suspendue au plafond se reflète dans l'eau noire d'un bac posé au sol. Quand l'eau bouge le reflet de la grille se déforme pour donner des figures mouvantes et toujours différentes. Cette instabilité déjoue la perception fixe que nous avons d'ordinaire des oeuvres d'art. Avec "Delacroix défiguré (La mort de Sardanapal)" (1989) GEDC0128.JPG(photo 2) et "Picasso défiguré (Les demoiselles d'Avignon)" (2011)(photo 3)GEDC0110.JPG, l'artiste revisite avec humour ces deux chefs d'oeuvre. En remplaçant les personnage par des toiles blanches qu'il a accrochées sur un mur blanc et en respectant scrupuleusement leur organisation d'origine, il nous offre le plaisir de reconstituer mentalement ces deux tableaux.

D'autres oeuvres font travailler l'imaginaire, telle celle, faite de rubans adhésifs noirs, installée dès l'entrée et intitulée "2 trames de parallèles inclinées à 30°et 40° sur 3 murs". (1977-2009) (photo 4) GEDC0124.JPGLeur faible différence d'inclination conduit ces lignes tantôt à se croiser, tantôt à être quasiment parallèles. On les suit du regard, on les prolonge mentalement en dehors des murs et on les imagine se croisant sous le plancher, sous le plafond et réapparaître indéfiniment. Varini n'et pas loin. Cet artiste suisse, né en 1952, dont le travail évolue aussi avec l'espace architectural, se différencie cependant de son aîné en définissant un point de vue à partir duquel son travail prend forme.

Les tubes de néon permettent à Morellet d'utiliser la source lumineuse elle-même comme matériau plastique. Avec eux il va réaliser des oeuvres qui, malgré un semblant de désordre révèle, à qui sait observer, un ordre logique.

Avec "No end neon" (1990) (photo 5)GEDC0111.JPG dont le titre est un palindrome (forme linguistique chère à Morellet), celui-ci a disposé en quinconce, du sol au plafond, des tubes de néon bleus sur des lignes parallèles dessinées par leurs fils électriques ; dans "Néons by accident" (2003),(photo 6)GEDC0109.JPG il a distribué de façon apparemment aléatoire 16 arcs de tubes de néon rouge sur les murs et le sol. L'impression n'aurait ni cette puissance ni cette beauté si une organisation précise n'orchestrait pas la magnifique et spectaculaire "Avalanche" de 1996 (photo 7)GEDC0112.JPG. 36 tubes de néon bleu de 2m de longueur, suspendus au quadrillage du plafond par leur propre cable électrique se retrouvent plus ou moins inclinés dans toutes les directions à mesure qu'il touchent le sol.

Les systèmes sous-jacent très élaborés, oébissant à des calculs précis, sont plus ressentis que compris. Ils donnent à ces installations un rythme, une vitalité joyeuse et une grande beauté.

Morellet adore créer un trouble dans la géométrie. Pour complémentaire"Geometree n° 5 Arc de cercle complémentaire" de 1983, (photo 8)GEDC0108.JPG  il a imaginé la continuité d'une ligne entre une branche d'arbre courbe posée sur le sol et un cercle sur le mur raccordant les deux extrémités de la branche. Hasard et détermination président à cette oeuvre pleine de poésie.

Il serait possible de continuer ainsi à parler d'autres installations, tout aussi stimulantes, mais il est préférable d'aller les voir sur place. L'exposition est à la fois une fête et une expérience visuelle et intellectuelle ; il serait dommage de se priver de ce plaisir.

 

François Morellet - "Réinstallation". Centre Pompidou, tous les jour sans mardi de 11 h à 21 h. Nocturne le jeudi jusqu'à 23 h. Jusqu'au 4 juillet.

Commentaires

Votre article est vraiment une belle récompense à notre travail. Merci mille fois!

Écrit par : horoscope | 22/04/2011

Les belles photos et l'enthousiasme du texte m'ont incitée à aller voir ces Réinstallations
de Morellet, et je suis ravie de l'intelligence et de l'épure de ces oeuvres !
Merci Régine, merci de votre détermination courageuse à toutes deux.
Surtout, continuez !
Avec ma gratitude.
Françoise

Écrit par : françoise brindacier | 05/05/2011

Le texte et le choix des photos (montrer aussi le cadre imprégné d'histoire et de silence que
sont les poutres et le plancher de Port-Royal) sont dans une vraie harmonie avec
le propos de la peinture de Benrath, et la phrase de conclusion résonne pour moi,
de justesse et de vérité avec mon ressenti personnel de cette oeuvre magnifique.

Bravo et merci Sylvie !
Continuez, s'il vous plaît...
Très cordialement.
Françoise Brindacier

Écrit par : françoise brindacier | 15/05/2011

Le texte et le choix des photos (montrer aussi le cadre imprégné d'histoire et de silence que
sont les poutres et le plancher de Port-Royal) sont dans une vraie harmonie avec
le propos de la peinture de Benrath, et la phrase de conclusion résonne pour moi,
de justesse et de vérité avec mon ressenti personnel de cette oeuvre magnifique.

Bravo et merci Sylvie !
Continuez, s'il vous plaît...
Très cordialement.
Françoise Brindacier

Écrit par : françoise brindacier | 15/05/2011

Le texte et le choix des photos (montrer aussi le cadre imprégné d'histoire et de silence que
sont les poutres et le plancher de Port-Royal) sont dans une vraie harmonie avec
le propos de la peinture de Benrath, et la phrase de conclusion résonne pour moi,
de justesse et de vérité avec mon ressenti personnel de cette oeuvre magnifique.

Bravo et merci Sylvie !
Continuez, s'il vous plaît...
Très cordialement.
Françoise Brindacier

Écrit par : françoise brindacier | 15/05/2011

Le texte et le choix des photos (montrer aussi le cadre imprégné d'histoire et de silence que
sont les poutres et le plancher de Port-Royal) sont dans une vraie harmonie avec
le propos de la peinture de Benrath, et la phrase de conclusion résonne pour moi,
de justesse et de vérité avec mon ressenti personnel de cette oeuvre magnifique.

Bravo et merci Sylvie !
Continuez, s'il vous plaît...
Très cordialement.
Françoise Brindacier

Écrit par : françoise brindacier | 15/05/2011

Les commentaires sont fermés.